La mort au collège

Ces élèves qui tournent le dos aux autres, c’est une idée de Marc Chaigneau, le prof sur la photo. Parce que la radio ça s’écoute, ça ne se regarde pas. Et les collégiens au premier plan sont en train de présenter une émission…

La simulation radiophonique c’était le point d’orgue d’une semaine interdisciplinaire (SID) organisée par le collège expérimental Clisthène à Bordeaux autour d’un sujet a priori pas hyper évident : la mort.

Pendant toute la semaine, du 26 mars au 1er avril, les profs ont adapté leurs cours à la thématique avec l’aide de deux sociétaires de Syprès : Edileuza Gallet est venue animer un café mortel pour libérer la parole et Eric Le Braz est intervenu pour leur faire découvrir en accéléré les techniques d’interview ou le b.a.BA de la chronique afin de réaliser des simulations d’émissions sur la mort .

On a ainsi écouté une chronique limpide sur la différence entre l’euthanasie  et le suicide assisté, l’interview d’une thanatopractrice, un édito éloquent contre la peine de mort, une reconstitution de l’enquête sur la disparition de la petite Maëlys, un entretien avec un consommateur scandalisé par l’obsolescence programmée, un micro trottoir décoiffant à la sortie des cimetières ou la reconstitution de la réaction d’Evelyne Dheliat à la mort de Jean-Pierre Pernaud.

210 élèves de ce collège expérimental ont participé à cette semaine mortelle avec curiosité et enthousiasme dans un joyeux foutoir maitrisé. Ils ont aussi montré que l’éducation  aux médias, ce n’est pas seulement utile et citoyen, ça peut être aussi drôle et créatif. Ils ont enfin prouvé qu’il n’y a pas d’âge pour parler sereinement de la mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *